LIVRAISON GRATUITE DES 50€ D'ACHAT

Blog

Retour à Blog

Quels sont les effets du CBD ? Est-ce que cela peut rendre accro ?

Effet relaxant

Effets et bienfaits du CBD

Le CBD, ou cannabidiol, est issu du chanvre et, à la différence de son cousin le THC (tétrahydrocannabinol), il n’exerce aucune action psychoactive. Bien que non-psychotrope, le CBD n’en est pas moins dépourvu de propriétés bio actives puisque celles-ci influencent le système nerveux à partir du système endocannabinoïde. En se liant sur les récepteurs CB1 ou CB2 du système endocannabinoïde, le CBD influe sur la perception, la concentration ou encore sur le mouvement.

Grâce à son action physiologique sur le système nerveux, le CBD est principalement connu pour ses effets relaxants contre l’anxiété et ses vertus anti-stress. Mais les vertus du CBD ne s’arrêtent pas là puisque cette substance possède également des propriétés antispasmodiques et neuroprotectrices grâce aux interactions qu’elle exerce sur les récepteurs des cellules du système endocannabinoïde. 

L’utilisation et la consommation du CBD procurent une sensation d’euphorie et d’apaisement sans générer d’effets psychotropes. Cette sensation d’apaisement permet une relaxation musculaire et favorise l’endormissement. Cette propriété trouve un grand intérêt en antalgie en agissant sur la diminution des douleurs associées aux maladies chroniques. 

Le CBD trouve également une place en oncologie. En effet, le cancer consiste en la prolifération incontrôlée de cellules tumorales. Au-delà d’un certain nombre de cellules, la tumeur est dite vascularisée, c’est ce qu’on appelle l’angiogenèse. Les moyens pour éradiquer une tumeur angiogénique sont limités et restreints une fois ce stade atteint. Le CBD possède des propriétés anti-angiogéniques et permettent d’inhiber la prolifération des cellules tumorales et ainsi de limiter le développement du cancer. 

Les différents bienfaits mentionnés ici constituent une liste non-exhaustive de tous les effets positifs que peut procurer le cannabidiol. Certains de ces effets peuvent être plus ou moins marqués en fonction de la concentration à laquelle le CBD est consommé, mais également selon son mode de consommation.

Effets du CBD selon le mode de consommation 

Que ce soit par ingestion directe, par voie sublinguale, par application topique ou encore par inhalation, le CBD peut être consommé de multiples façons. La voie par laquelle le CBD est consommé a une influence sur l’intensité et la durée de ses effets. L’absorption la plus rapide du CBD dans l’organisme se fait par la voie sublinguale suivie par l’inhalation et enfin la voir orale.

La voie orale est la voie de préférence et la plus simple pour consommer du CBD. Différentes formes sont prévues pour la voie orale, parmi elles on peut citer les capsules, les gélules, les confiseries ou simplement l’adjonction de CBD dans une recette culinaire. Lorsqu’il est consommé par voie orale, le CBD passe par le système digestif. Lors de son passage par l’estomac et l’intestin, seul un faible pourcentage est absorbé par l’organisme, on parle alors de biodisponibilité. Du fait de cette faible biodisponibilité (environ 20 %), les effets apaisants du CBD sont ressentis assez tardivement. Il faut compter au minimum 1 h 30 après ingestion pour que la digestion s’opère que les effets commencent à être perceptibles. En revanche, bien que déclenchés tardivement, les effets euphorisants dureront plus longtemps. Cette voie d’administration est donc privilégiée pour les personnes cherchant une action sur le long terme, comme par exemple avant de dormir pour passer une nuit calme et reposée. 

La seconde voie d’administration est la voie buccale sous la langue (dites “sublinguale”) où le CBD se consomme principalement sous forme d’huile. Cette voie permet au cannabidiol d’être absorbé rapidement par les glandes sublinguales et ainsi atteindre le système endocannabinoïde. La biodisponibilité est meilleure que par la voie per os donc peu de perte d’efficacité sont à noter. Grâce à sa grande surface d’absorption, les premiers effets d’une administration perlinguale se feront sentir en moins de 20 minutes après la prise. Cette voie d’administration apparaît donc comme étant pratique, précise (grâce à la grande biodisponibilité qu’elle confère) et rapide. 

Le système endocannabinoïde possède également des récepteurs dans les cellules du derme. C’est grâce à ces récepteurs que le CBD peut procurer des effets s’il est administré par voie cutanée comme dans des crèmes, pommades ou encore des huiles corporelles. Cette voie cutanée est notamment utilisée pour apaiser les maladies de peau comme l’acné, le psoriasis ou encore le vitiligo. Même si les premiers effets se font ressentir une heure après application, les derniers subsisteront jusqu’à 6 h après application. 

La dernière voie d’administration, qui est également la plus utilisée, est la voie respiratoire. Ce mode d’administration permet au CBD d’agir très rapidement. Il faut compter entre 2 et 5 minutes pour que les premiers effets se fassent ressentir. De plus, peu de perte est à déplorer entre la quantité de CBD inhalé et la quantité retrouvée dans l’organisme (bonne biodisponibilité). Plusieurs moyens sont disponibles pour inhaler du CBD. Les fleurs, qui sont normalement destinées à la vaporisation ou les E-liquide au CBD qui contiennent des isolats de CBD (molécule seule) sont les deux principaux moyens d’inhaler du CBD. Pour les E-liquides, l’isolat de CBD est dépourvu de substances nocives, mais il est également moins efficace. Il sera privilégié par les personnes souhaitant limiter leur consommation de tabac.

Le CBD peut-il générer une addiction ? 

La dépendance ou l’addiction correspond à une situation dans laquelle une activité ou une substance exerce un contrôle total sur la vie d’une personne. La personne addicte organise sa vie de manière à retrouver l’euphorie procurée par l’activité ou la substance en question. Souvent associé à l’addiction, il est possible de faire une « overdose » de tout ce qui existe, que ce soit en consommant trop d’eau (sur-hydratation) ou trop de chocolat par exemple. Cependant, une overdose n’est pas systématiquement synonyme d’une overdose létale. Dans ce sens, il est possible de consommer trop de CBD, mais atteindre une dose létale est pratiquement impossible. Il n’est donc pas possible d’atteindre une dose létale de CBD pour l’organisme.

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), à l’heure actuelle, il n’y a aucune preuve d’un potentiel de dépendance lié au CBD. De nombreuses études randomisés en double-aveugle n’ont démontré aucun type d’effet visant à favoriser une consommation abusive. Dans le même sens, il n’existe aujourd’hui aucune étude humaine relatant de la dépendance physique ou psychique au CBD. Bien entendu, la consommation du CBD étant récente, nous ne disposons pas du recul nécessaire pour affirmer avec certitude que l’usage du cannabidiol n’entraîne pas d’addiction, mais toutes les données recueillies jusqu’à aujourd’hui semblent aller dans ce sens.

> Voir aussi notre article sur les modes de consommation

Le CBD peut-il entrainer des effets secondaires ?

Comme toute innovation, le CBD peut susciter des interrogations notamment en ce qui concerne ses effets secondaires. Aujourd’hui, il est démontré que le CBD seul n’était responsable d’aucun effet secondaire et ce peu importe la dose ou le mode d’administration. Il a cependant été établi que le CBD pour entrer en résonnance avec d’autres substances, comme par exemple certains traitements médicamenteux. En effet, les anticoagulants, les antidépresseurs et de manière générale tous les médicaments soumis à prescription peuvent interférer avec le CBD et générer des effets secondaires. Aussi, nous vous recommandons de toujours demander conseil à votre médecin avant toute adjonction de CBD lors d’un traitement médicamenteux.

> Voir aussi les effets bénéfiques du CBD pour les sportifs

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour à Blog